Immo

Comment se situent les prix de l’immobilier en 2023 ?

Comment se situent les prix de l’immobilier en 2023 ?

Les prix de l’immobilier en France varient énormément et notamment dans les grandes métropoles comme Paris, où le prix pour acquérir un bien devient parfois excessivement cher. Cependant, après une année 2022 dynamique dans le secteur de l’immobilier, l’année 2023 semble un peu plus compliquée à analyser. Je vous donne néanmoins quelques pistes qui indiquent les tendances du marché de l’immobilier en 2023, et ses prix.

Le bilan du prix de l’immobilier dans les métropoles

La situation des prix de l’immobilier dans les grandes villes françaises a connu une constante hausse ces dernières années pour atteindre des prix particulièrement élevés. Néanmoins, le marché reste dynamique. De ce fait, si vous êtes à la recherche d’un bien à acheter, d’un logement à louer ou que vous êtes vendeurs, retrouvez les offres ici.

Lire également : Crise sanitaire et marché immobilier : tendances et perspectives futures

Paris, difficile de trouver de bonnes offres ?

Paris n’est plus à présenter, et si vous sondez un minimum le marché, vous savez que devenir propriétaire sur le sol parisien à un prix raisonnable relève du miracle. Les prix sont exorbitants dans la capitale par la centralisation de toutes les activités dans la capitale française.

Néanmoins, après une baisse du prix du mètre carré d’1,2 %  en 2022, une hausse des prix n’est pas à attendre, puisqu’on estime une baisse de 3 % supplémentaire dans la ville lumière. Ceci pour atteindre un prix avoisinant les 10 000 € le mètre carré. Trouver un logement au cœur de la capitale pourrait donc se faciliter dans les années à venir.

A lire aussi : 5 points à vérifier avant de choisir sa location

Le point sur les autres grandes villes en France

En ce qui concerne les autres villes importantes françaises, la situation n’est pas similaire. On remarque une hausse majeure des prix au niveau de Lille, Nantes, Toulouse et Bordeaux. Une hausse qui ne semblera pas cesser vu le développement de ces villes. On peut également noter une hausse massive de 8,4 % des prix en 2 ans, dans les 50 plus grandes villes de France.

Au contraire, on peut remarquer une légère baisse à hauteur de 1 %, une baisse qui semble pouvoir tenir sur la durée, à Lyon notamment.

Comment se situent les prix de l’immobilier en 2023 ?

Les prix de l’immobilier peuvent-ils chuter ?

Malgré des légères hausses de prix qu’on a pu voir dans les grandes villes de France, on pourrait assister à des baisses de prix drastiques qui pourraient fortement inquiéter les vendeurs.

Une baisse des prix à venir à hauteur de 20 %

Effectivement, une baisse des prix à hauteur de 20 % pourrait être atteinte, et pour quelles raisons ?

Tout simplement la hausse des taux d’intérêt qui rendent plus difficile l’accès à un crédit. Ces derniers étaient très bas ces dernières années et avaient encore été baissés pour remédier à la crise financière qui a succédé à la crise de la Covid. Une difficulté pour obtenir un crédit signifie moins d’acheteurs et ceci même si les prix sont bas, ce qui inquiète forcément les vendeurs.

Une situation compliquée pour les propriétaires vendeurs

Les propriétaires qui cherchent à tout prix à vendre leurs biens vont devoir faire de très lourdes concessions et risquent inévitablement de perdre de l’argent par rapport à leur investissement initial.

Cela représente une bonne nouvelle pour les acheteurs, qui vivent une période parfaite pour mettre la main sur un logement parfait avec moins de difficulté et un prix possiblement réduit.

Les vendeurs vivent une période plus compliquée : le marché bat de l’aile après de nombreuses années de hausses constantes. Et ce en raison de la fin du prêt à taux 0 qui était l’aide de l’État pour maintenir un marché stable à l’issue de la crise de la Covid.

De ce fait, les prix pour des logements en province et à la campagne ont déjà commencé à baisser. Et ce ne seront que les premiers d’une longue liste, car on peut aussi citer :

  • des logements qui sollicitent une rénovation
  • des logements excentrés
  • d’habitations trop rustiques

De ce fait, pour les vendeurs, tous les points positifs de leurs biens comptent pour ne pas perdre trop d’argent et réussir à convaincre l’acheteur.

Une année 2023 bien moins prolifique que 2022

Pour résumer, tout porte à croire que l’année 2023 ne marchera pas dans les pas de l’année 2022. Et, je pense, que cela va provoquer une ère où les prix vont baisser pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’un ressort économique inverse la tendance et provoque ainsi un inversement de la tendance et le bonheur des vendeurs.