Santé

Comment savoir si on a du diabète ?

Comment savoir si on a du diabète

Le diabète est un trouble métabolique qui se manifeste par la quantité excessive de sucre dans le sang. La France compte plus de 3 millions de personnes qui sont prises en charge pour cette maladie. Toutefois, un diabète sur 6 n’est pas diagnostiqué. Il convient alors de connaitre les symptômes de cette maladie afin de savoir si vous l’avez ou non.

Le diabète désigne l’excès de sucre dans le sang

De manière générale, le diabète est causé par une mauvaise et/ou un manque d’utilisation de l’insuline. Il s’agit de l’hormone chargée d’assurer la pénétration du glucose dans les sucres. Lorsque cela se produit, le sucre reste dans le sang en volume excessif, on parle alors d’hyperglycémie.

A lire en complément : Retrouver votre frère ou sœur perdue de vue grâce à un test ADN

Par ailleurs, on distingue deux types de diabète.

Le diabète de type 1 : il apparait généralement avant 35 ans, chez les enfants et les adolescents. Le système immunitaire n’est plus en mesure de reconnaitre les cellules productrices d’insuline. C’est la raison pour laquelle il les détruit.

A voir aussi : Comment pratiquer le yoga ashtanga ?

Le diabète de type 2 : Ce type survient plutôt chez les adultes qui sont le plus souvent âgés de 55 à 65 ans. Il est lié à l’insuffisance d’insuline et à l’insensibilité des cellules à son action. L’insuline n’a donc plus autant d’effet.

Les symptômes du diabète de type 1

diabète

Les signes du diabète de type 1 sont similaires, quelle que soit l’âge. De même, ils surviennent de manière brutale, en quelques jours ou quelques semaines. La personne a des envies fréquentes d’uriner et une impression de soif intense. De même, l’appétit augmente mais s’accompagne d’un amaigrissement. En outre, l’haleine sent l’acétone et on note également des vomissements et des maux de ventre. La fatigue peut aussi être importante, voire excessive. Si la situation perdure, on est exposé au risque de coma acidocétosique.

Ce dernier révèle d’ailleurs 10% des diabètes de type 1 et plus rarement, le type 2. Lorsqu’il n’y a plus d’insuline au niveau de l’organisme, celui-ci utilise les acides gras à la place. Ce qui intoxique le cerveau et acidifie le sang (acidocétose). Le coma acidocétosique est traité grâce à un apport en insuline et à une réhydratation.

Les signes du diabète de type 2

Contrairement au type 1, le diabète de type 2 évolue le plus souvent en silence. Et pour cause, de longues années peuvent s’écouler entre les premières hyperglycémies et la réalisation du diagnostic. Par ailleurs, son développement se déroule en 3 étapes, et sur plusieurs années.

Phase 1 : les cellules de l’organisme deviennent insensibles à l’insuline. Ce qui fait que le sucre s’accumule dans le sang. On est au stade d’insulinorésistance.

Phase 2 ou hyperinsulinisme : l’organisme essaie de s’adapter avec une augmentation de la production d’insuline au niveau du pancréas.

Phase 3 ou insulinodéficience : Il s’agit du stade final. Au bout de plusieurs années, le pancréas ne parvient plus à assurer une production suffisante d’insuline.

Le diabète de type 2 présente de nombreux facteurs de risque. Ce sont notamment l’hypertension artérielle, le surpoids, le mode de vie…

Le diabète présente différents symptômes qui peuvent varier selon le type. Dans tous les cas, il est plus prudent de faire un dépistage le plus tôt possible afin de réduire les risques.

Les tests de dépistage du diabète

Lorsqu’on soupçonne un diabète de type 2, il faut procéder à des tests de dépistage appropriés. Ces tests permettront d’évaluer la glycémie et de déterminer si le sujet présente un trouble métabolique lié au diabète.

Le test le plus couramment utilisé pour le dépistage du diabète est l’hémoglobine glyquée (HbA1c). Cet examen mesure la quantité d’hémoglobine dans le sang qui s’est liée aux molécules de glucose au cours des derniers mois. Une valeur supérieure à 6,5% confirme généralement la présence du diabète.

Un autre test fréquent est la glycémie à jeun. Il s’agit simplement d’une prise de sang effectuée après une période minimale de huit heures sans manger ni boire autre chose que de l’eau. Si les résultats indiquent une concentration en glucose supérieure ou égale à 1,26 g/L, cela peut être révélateur d’un diabète.

Il existe aussi le test d’hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO), particulièrement recommandé chez les personnes présentant des facteurs prédisposants tels qu’un surpoids important ou des antécédents familiaux. Le patient doit ingérer une solution sucrée et sa glycémie sera mesurée avant et après deux heures. Un résultat supérieur ou égal à 2 g/L peut indiquer un problème avec l’utilisation du glucose par l’organisme.

Certains signaux d’alerte peuvent aussi inciter à réaliser des tests de dépistage. Parmi les symptômes courants du diabète de type 2, on retrouve la soif excessive, une augmentation de la fréquence urinaire, une fatigue persistante et une perte de poids inexpliquée. Si vous présentez l’un ou plusieurs de ces signaux, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour effectuer les tests nécessaires.

Il faut être attentif aux signaux que notre corps nous envoie et faire régulièrement des tests permettant non seulement un dépistage précoce du diabète, mais aussi une prise en charge adaptée afin d’éviter les complications potentielles liées à cette maladie chronique.

Les facteurs de risque du diabète

Lorsqu’il s’agit de détecter la présence possible d’un diabète, vous devez souligner que des troubles métaboliques tels que le syndrome métabolique ou la résistance à l’insuline peuvent aussi prédisposer à un risque accru de diabète.

Il est fondamental d’être conscient des nombreux facteurs qui peuvent contribuer au développement du diabète et d’adopter un mode de vie sain afin de réduire les risques. Une alimentation équilibrée associée à une activité physique régulière reste la meilleure stratégie pour maintenir une bonne santé métabolique et se prémunir contre cette maladie insidieuse.