Immo

Comment rendre sa maison accessible et sûre ?

Lorsqu’une personne à mobilité réduite (PMR) ou un senior vit dans une maison, cette dernière doit répondre à deux critères. Elle doit être sûre et accessible. Ce sont les clés pour que ces individus à statut particulier puissent se déplacer confortablement et en toute sécurité. Que faut-il faire pour qu’un logement remplisse ces caractéristiques ? Focus sur les actions à entreprendre.

Installer un monte-escalier

Lorsqu’une personne possède un handicap moteur, il lui est impossible de monter ou de descendre les escaliers. Avec les seniors, cela est parfois possible. Ils ont généralement besoin d’une assistance, ce qui peut être gênant pour eux et fatigant pour l’assistant.

Lire également : Crise sanitaire et marché immobilier : tendances et perspectives futures

Pour le bien de tous, il est préférable que la personne âgée ou celle à mobilité réduite se déplace en toute autonomie. Dans cette optique, vous pouvez installer un monte-escalier.

Il s’agit d’une solution financièrement plus avantageuse qu’un ascenseur. Vous pouvez trouver des monte-escaliers à moins de 5000 euros et d’autres à plus de 10 000 euros. Tout dépendra des fonctionnalités associées à l’appareil.

A voir aussi : 5 points à vérifier avant de choisir sa location

Revoir l’organisation des meubles

Une personne utilisant un monte-escalier de la marque Handicare ne doit pas avoir de difficulté à accéder au mobilier de la maison. Ainsi, les étagères, le lavabo ou les autres meubles qui sont trop hauts pour le senior ou la personne handicapée doivent être ramenés à un niveau plus bas.

Une hauteur de 90 à 130 cm du sol est recommandée pour l’installation. Faites toutefois attention à certains mobiliers comme l’évier ou le plan de travail d’une cuisine. Installez-les de sorte qu’ils puissent permettre à la PMR de poser confortablement ses genoux.

Par ailleurs, réorganisez aussi vos meubles afin qu’il n’y ait pas de passages étroits ou de virages serrés. Ils doivent être plutôt longs de 1,25 m et larges de 75 cm au moins.

Installer des revêtements non glissants

Certains types de revêtement ont un niveau de glissement élevé qui expose les seniors et PMR aux chutes. C’est particulièrement le cas des planchers en bois franc et du carrelage. Au lieu d’investir dans ces revêtements, pensez au tapis.

Vous devez cependant noter qu’il existe des contraintes concernant ces tapis, qui en raison de leur grande épaisseur s’avèrent difficiles d’accès aux fauteuils roulants. Dans cette catégorie de revêtement, il est alors préférable de choisir un tapis antidérapant ou une moquette uniforme et lisse.

Ce sont des modèles plus accessibles et sûrs. D’autres revêtements possèdent également ces deux caractéristiques. Il s’agit du sol en PVC, du carrelage en céramique, du parquet en bois dur et des revêtements de sol stratifiés.

Rendre la salle de bain plus sûre et accessible

Pour être considérée comme accessible et sûre, une salle de bain doit posséder certaines caractéristiques. L’une est qu’elle soit spacieuse afin d’y faciliter les déplacements au senior ou à la personne à mobilité réduite.

S’il y a donc une cloison qui sépare les toilettes et la douche, supprimez-la afin d’obtenir plus d’espace. Intégrez également dans la salle de bains des barres d’appui. Le rôle de ces accessoires est de supporter le poids de la PMR lorsque celle-ci devra se lever.

Ainsi, elle ne risque pas de s’écrouler ou de tomber. Par ailleurs, notez qu’une salle de bain sûre et accessible lorsqu’elle est équipée d’un siège de douche et d’une paroi de baignoire coulissante.